l’a b c de la clef des chants – Claude Roy


Je dis ce que chacun devine l’a b c de la clef
des chants Le fil sans fin que j’embobine …


Un jour vient où la persistance que j’avais cru perdre à tous vents
devient le fil de la constance signant la trace d’un vivant


Ce n’est peut-être que ma mort qui saura bien photographier fini le jeu de j’entre-et-sors cet inconnu qui m’échappait
Il dit toujours la même chose il redécouvre à chaque instant la même évidence morose la même joie qui n’a qu’un temps
Mais un seul fruit songe et s’accroît dans la fleur en métamorphose se répétant moins qu’on ne croit disant toujours la même chose.

Leave a Reply